Proposition 3

3.1.3. 10e année linguistique

Cette possibilité offerte aux jeunes ayant achevé l’école obligatoire de parfaire leurs connaissances de la langue partenaire avant de poursuivre leur formation existe depuis 1982 déjà. Le principe en est le suivant: le candidat peut effectuer une dixième année scolaire dans un établissement de l’autre partie linguistique du canton ou, depuis 1998, d’un autre canton suisse. L’élève est intégré à une classe de troisième année d’un CO (9e année scolaire) dans le même type de classe, répétant ainsi un programme déjà parcouru.

La dixième année linguistique poursuit divers buts : améliorer les connaissances linguistiques, offrir une solution intermédiaire intéressante entre la scolarité obligatoire et le postobligatoire, contribuer à l'intensification des contacts de part et d'autre de la frontière linguistique, d’abord pour les élèves mais aussi pour les parents concernés, favoriser la compréhension confédérale et permettre un élargissement des horizons, se familiariser avec le « Schwyzerdütsch » pour les francophones. Plus de 150 élèves francophones et alémaniques optent chaque année pour cette forme d’apprentissage.

Malgré le succès rencontré par cette offre, le fait de ne pouvoir intégrer qu’une classe de même type que celle déjà fréquentée l’année précédente semble trop restrictif, indépendamment des trois variantes possibles sur le plan du logement, à savoir : retour quotidien au domicile parental, échange réciproque ou intégration dans une famille d’accueil.
Afin d’offrir aux élèves de nouvelles possibilités, le présent concept propose d’en ajouter deux :

  • 10e année linguistique dans un type de classe plus exigeant ;
  • 10e année linguistique en classe bilingue.

La possibilité d’effectuer la dixième année linguistique dans un type de classe plus exigeant pourrait être offerte aux élèves qui en feraient la demande. En plus des objectifs d’apprentissage de la langue partenaire, cette solution permettrait d’atteindre un niveau scolaire plus élevé et élargirait de la sorte le champ des perspectives de formation. Pour accéder à ce type de 10e année linguistique, l’élève devrait obtenir des moyennes qualifiées, répondant aux conditions généralement admises lors des changements de classe à l’intérieur du CO. L’élève qui choisirait cette option suivrait tous les cours et participerait à toutes les évaluations. En fin d’année, les conditions de promotion seraient identiques à celles des autres élèves.

L’instauration d’une 10e année linguistique en classe bilingue (voir proposition 9, au point 3.3.2) permettrait aux élèves qui le désireraient d’améliorer leurs compétences en L2 en effectuant, sous forme volontaire, une année supplémentaire au sein d’une classe dont les disciplines seraient, par exemple, enseignées de manière équilibrée en L1 et L2. Ces classes de 10e année bilingue devraient être composées à part égale d’élèves francophones et alémaniques afin de favoriser les apprentissages linguistiques des uns et des autres.

Quelle qu’en soit la forme, la 10e année linguistique vise la consolidation et le perfectionnement des connaissances et des compétences en langues. Il conviendra à la fois de mieux définir les objectifs à atteindre au terme de celle-ci en recourant davantage au Cadre européen commun ainsi qu’au PEL et d’offrir aux enseignants concernés des ressources et des moyens appropriés.

 

  • Soutenir l’offre existante de la 10 e année linguistique.
  • Elargir cette offre par :
    • la possibilité de valider cette 10e linguistique comme année de programme supplémentaire dans une classe plus exigeante.
    • l’instauration de classes de 10e année bilingue dans les écoles du CO (cf prop. 9)
  • Proposer des ressources pédagogiques aux enseignants qui accueillent des élèves de 10e linguistique.