Proposition 6

3.2.2. Deuxième langue étrangère dès la 5P

Le projet d’introduire l’anglais (L3) dès 2012 comme deuxième langue étrangère généralisée est fondé sur deux textes clefs : la Décision de l’Assemblée plénière de la CDIP du 25 mars 2004 qui définit la « Stratégie en matière d’enseignement des langues en Suisse » et la Déclaration de la CIIP relative à la politique de l’enseignement des langues en Suisse romande et au Tessin du 30 janvier 2003 (cf. point 2.3.1. du présent rapport).

Dans sa Déclaration, la CIIP émet un certain nombre de principes, dont celui-ci :

En plus de l’enseignement du français (langue locale), tous les élèves bénéficient, au cours de leur scolarité obligatoire, d’un enseignement de l’allemand et de l’anglais.
L’enseignement d’au moins une langue étrangère se poursuit au niveau secondaire II. En parallèle à ces enseignements, il est offert aux élèves des occasions de contact avec d’autres langues.
L’enseignement des langues est orienté vers une approche centrée sur les processus d’apprentissage des élèves. Il participe au développement chez l’élève de compétences de communication opérationnelles dans plusieurs langues (plurilinguisme).

En date du 20 septembre 2007, la CIIP a pris la décision22 d’introduire l’anglais dans un cours, en 5P-6P avec une dotation horaire minimale de 90 minutes/semaine, à l’horizon 2012/13. Dans la partie alémanique, le projet « Passepartout-Fremdsprachen an der Volksschule » de la NWEDK prévoit l’introduction de l’anglais en 5P en 2013/14 et développe actuellement des mesures de soutien importantes en vue de cette introduction.

Dans leurs déclarations respectives, la CDIP et la CIIP se prononcent en faveur d’une coordination des didactiques des langues apprises à l’école et soulignent l’importance d’établir des liens entre les différents enseignements/apprentissages.

L’enseignement d’une seconde langue à l’école primaire (L3) et sa coordination avec les autres langues pose différents problèmes comme la charge cognitive imposée aux élèves, notamment à ceux pour qui la maîtrise de la L1 présente de sérieuses difficultés. La grille horaire devra également être aménagée, afin d’y intégrer les deux unités d’enseignement de L3 ; plusieurs solutions peuvent être envisagées : ajout de 2 unités supplémentaires en 5-6P, remplacement de une ou de deux unités existantes, réduction linéaire de la durée de l’unité de cours pour l’ensemble des disciplines de 50 à 45 minutes, par exemple… Enfin, se pose la question des compétences requises du corps enseignant. En l’état, au vu de l’effort important que nécessite déjà l’enseignement de la langue 2 (allemand ou français selon les régions linguistiques), la difficulté posée par ce nouveau défi implique très vraisemblablement le recours à des enseignants spécialistes ou à des enseignants généralistes avec un profil « langues », profil qui pourrait être obtenu au cours de la formation initiale ou continue. L’organisation et le contenu de la formation initiale dispensée dans les HEP devront bien sûr en tenir compte.

L’apprentissage plus précoce de l’anglais aura également des répercussions sur le contenu de la formation des degrés suivants de la scolarité, principalement au CO, auxquelles il s’agira de répondre le moment venu.

 

  • Préparer, de concert avec la CIIP et la NWEDK, les démarches nécessaires à l’implantation de l’apprentissage de l’anglais en 5P prévu en 2012 et 2013 (formation des enseignants, révision de la grille horaire, choix des moyens d’enseignement et pratiques d’évaluation,…) en étroite collaboration avec la HEP-FR.